Le fonctionnement d'un rachat de crédit immobilier

Comme tout emprunt, un crédit immobilier peut voir son détenteur amené à en envisager le rachat. Cela peut-être pour des raisons liées à la conjoncture économique, comme une baisse semblant durable de l'inflation qui était de mise lors de sa conclusion. Cela peut être également dû à des raisons personnelles comme une baisse sensible de revenus ou bien un divorce. Dans le premier cas, la démarche a pour but de faire une économie à long terme sur le coût final de l'acquisition. Dans le second exemple, il s'agit de rendre la charge de la dette plus facile à supporter.

La recherche et la négociation d'une meilleure offre

taux crédits

Contrairement à la négociation initiale lors de l'achat, la conclusion de la démarche de rachat ne change rien si elle s'avère négative. Même si le taux d'endettement de l'emprunteur dépasse à ce moment-là le cadre habituellement autorisé, le crédit ne changerait pas. À part ce détail, la démarche est la même que pour une première demande de crédit. Le montant à emprunter est connu puisqu'il est fourni par le tableau d'amortissement de l'emprunt en cours. Il s'agit alors, via des banques ou un courtier, de trouver une meilleure offre.

Le basculement du crédit initial vers l'autre se fera par un versement direct entre les deux organismes. Le nouveau crédit rachètera le capital et les accessoires de l'ancien. Lors de la recherche du nouveau crédit, il est souvent judicieux de ne pas cacher le projet au prêteur initial et au dernier moment de l'informer des meilleures conditions qui vous sont proposées. Il n'est pas rare qu'afin de conserver son client, celui-ci aligne sa proposition sur celle que vous vous préparez à accepter. Ce type de comportement au dernier moment fait partie des traditions du marché et ne doit pas vous étonner.

Pour en savoir plus sur le rachat de crédit immobilier, c'est par ici.

ch be lu ca